Energie et ressources

L’avenir électrique de la France : ENR ou décroissance ?

Spread the love

La France est en décroissance énergétique sur le pétrole et le gaz depuis une quinzaine d’années, sur le charbon depuis une cinquantaine d’années, et cela est très probablement définitif.

Notre consommation d’électricité est stable depuis ~20 ans, autour de 470 TWh/an. Les estimations de divers experts à 2050 vont de « stable » à « quasiment deux fois plus » (lol ?). En tous cas on veut faire de l’IA, de la blockchain, du véhicule autonome, de l’hydrogène vert, du chauffage électrique, des 4×4 électriques, des camions des bateaux et des avions électriques… Toussa toussa, open bar.

Cet article que m’a transmis Thomas Bordenave (merci !) m’a interpellé. D’ici 2050, plus des trois quarts de notre parc nucléaire actuel seraient fermés (en supposant 60 ans d’exploitation des réacteurs), soit 49GW. 18GW de nouveaux réacteurs seraient mis en service (2 hypothèses pouvant être considérées comme plutôt optimistes pour le nucléaire). On diviserait donc par 2 ce qui compose aujourd’hui plus de 70% de notre électricité.

J’espère que la filière nucléaire va rebondir, mais elle ne se porte hélas pas très bien. Et au final ce qui compte ce n’est pas ce que je souhaite, mais ce qu’il se produit.

Et le déploiement des ENR ne va pas très vite non plus.

Alors, décroissance électrique ?

Pourquoi les énergies renouvelables sont indispensables à notre système électrique (latribune.fr)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page