Agriculture

Parfois le bio c’est pas bon

Spread the love

Parfois le Bio C’ Pabon. Aux Etats-Unis la ferme Gunsmoke « bio » de 137 km carrés (!!) est accusée de détruire les sols et provoquer leur érosion par de mauvaises pratiques agronomiques.

Séduire le consommateur (quitte à lui faire un peu irrationnellement peur sur le cancer avant de lui vendre de l’alcool bio) et faire du business tout en protégeant la planète, pourquoi pas.

Attention cependant à ne pas que faire du business.

En 2018 General Mills (fabricant entre autres des céréales Cheerios… sic…) a annoncé la conversion de la ferme Gunsmoke en exploitation bio, et lieu d’apprentissage pour d’autres exploitants souhaitant se convertir à une « agriculture organique et régénératrice ».

Chouette !

Dwayne Beck, pédologue, fut sceptique dès le départ en raison du labour sur ces sols particulièrement argileux, avec la mémoire de la catastrophe du Dust Bowl des années 30, qui a par la suite incité les agriculteurs de la région à adopter des pratiques de conservation des sols.

Or pour contrôler les adventices, ces agriculteurs ont nécessité de recourir à des herbicides chimiques, pratique interdite en bio.

Les craintes de Beck se réalisent quelques mois après les débuts de la culture du blé. Le sol est déjà plus vulnérable face aux pluies et au vent et s’érode déjà, perdant sa biodiversité, sa stabilité et sa structure (de manière irréversible à l’échelle de notre petite Histoire, la pedogénèse étant un processus très lent).

General Mills a annoncé mettre en oeuvre les efforts nécessaires pour limiter l’érosion et permettre aux sols de retrouver leur santé.

Ruth Beck, épouse de Dwayne et agronome, pense que les sols de la région se prêtent difficilement à la culture en bio. « si c’est ce que veulent les consommateurs, il faut qu’on trouve des solutions, mais on n’y est pas encore ». Selon elle, à Gunsmoke, le marketing environnemental est en décalage avec ce dont les agriculteurs sont vraiment capables.

Merci à Philippe Gauthier pour le lien, et merci plus généralement au groupe Transition 2030 pour les informations et discussions toujours pertinentes qu’il propose.

Pour ce que vaut mon témoignage : c’est le meilleur canal d’information sur l’environnement. De loin : pertinence des infos, diversité des points de vue, niveau d’expertise des modérateurs et commentateurs etc.

A Giant Organic Farm Faces Criticism That It’s Harming The Environment : NPR

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page