Biodiversité

Les marais de Brouage et de Moeze, sanctuaires de biodiversité

Spread the love

Les marais de Brouage et de Moeze en Charente-Maritime, des sanctuaires de biodiversité qui ne risquent pas d’être ravagés par une zone commerciale, une banlieue pavillonnaire standardisée, ou un aéroport.

Ou alors il faudra passer sur le corps de nos vaillants amis zadistes (moi je suis une flipette installée dans mon confort bourgeois donc je laisse les autres faire la sale besogne).

Allez c’est les vacances je me lâche un peu.

Possibilité de se rendre depuis Paris à Rochefort grâce à un train propulsé par de l’électricité bas carbone d’origine nucléaire issu d’un savoir-faire typiquement français des années 1980. Puis de terminer le trajet en bicyclette par votre propre énergie bas carbone d’origine musculaire.

Lieu idéal pour lutter contre l’éco-anxiété et la solastalgie (qu’on vive en ville, zone pavillonnaire ou campagne vidée de sa vie sauvage), amené à prendre de plus en plus de valeur à mesure que la biodiversité s’effondre un peu partout ailleurs sur Terre.

Le cygne de devant ne semblait pas ravi par ma présence et m’intimidait par un sifflement. Il avait l’air un peu spéciste. En même temps… il est un peu chez lui.

150 autres espèces d’oiseaux (cigognes, hérons, aigrettes…) furent plus indifférents à ma présence. Des vaches viennent brouter sur les prés salés et font partie de l’équilibre de l’écosystème.

Présence raisonnée de Sapiens sur place, et ce n’est pas la maigre audience de ce post qui risque de surcharger les lieux par le tourisme de masse.

A visiter également la superbe citadelle de Brouage, un des plus beaux villages de notre superbe pays la France, dont le patrimoine aux yeux des historiens du 30e siècle devrait pouvoir rivaliser avec l’infrastructure d’évacuation du caca des gratte-ciels de Dubai par un défilé quotidien de milliers de camions-citernes.

Extrait de cette description de la citadelle :

« C’est sur ordre de Richelieu (qui souhaitait faire de Brouage sa base opérationnelle pour lancer le siège de La Rochelle en 1628) que l’ingénieur Pierre d’Argencourt édifie les impressionnantes fortifications que vous pouvez admirer aujourd’hui. Les remparts forment carré de 400 m de côté et sont ponctués de bastions, échauguettes et autres courtines. Deux portes (la Porte Royale et celle de Marennes) permettaient d’entrer dans la citadelle qui abritait un arsenal, des forges, une poudrière, des magasins de vivres, un hôpital et même un port … souterrain ! Avec sa garnison de 6000 hommes, Brouage était devenue une place forte réputée imprenable !

A la fin du XVIIe, le célèbre architecte militaire Vauban remodèle en partie ces fortifications : elles seront pourtant impuissantes face à un ennemi silencieux et implacable : l’envasement. Oubliée par l’océan, Brouage, comme une célèbre princesse, va s’endormir pour plusieurs siècles. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page