Climat

Les engagements des pays en matière de climat reposent sur des données erronées

Spread the love

Les engagements des pays en matière de climat reposent sur des données erronées, selon une enquête du Washington Post

Par Chris Mooney, Juliet Eilperin, Desmond Butler, John Muyskens, Anu Narayanswamy et Naema Ahmed

Traduction d’un article du Washington Post par DeepL, relue par Alexis Dumoulin et Cyrus Farhangi

Le dernier catalogue des émissions de gaz à effet de serre de la Malaisie présenté aux Nations unies ressemble à un rapport issu d’un univers parallèle. Le document de 285 pages suggère que les arbres de Malaisie absorbent le carbone quatre fois plus vite que les forêts similaires de l’Indonésie voisine.

Cette affirmation surprenante a permis au pays de soustraire plus de 243 millions de tonnes de dioxyde de carbone de son inventaire de 2016, ce qui représente une réduction de 73 % de ses émissions.

Dans le monde entier, de nombreux pays sous-déclarent leurs émissions de gaz à effet de serre dans leurs rapports aux Nations unies, selon une enquête du Washington Post. L’examen de 196 rapports nationaux révèle un écart considérable entre les émissions déclarées par les pays et les gaz à effet de serre qu’ils rejettent dans l’atmosphère. L’écart va d’au moins 8,5 milliards de tonnes à 13,3 milliards de tonnes par an d’émissions non déclarées, ce qui est suffisant pour modifier l’ampleur du réchauffement de la Terre.

Le plan visant à sauver le monde des pires effets du changement climatique repose sur des données. Mais les données sur lesquelles le monde s’appuie sont inexactes.

« Si nous ne connaissons pas l’état des émissions aujourd’hui, nous ne savons pas si nous réduisons les émissions de manière significative et substantielle », a déclaré Rob Jackson, professeur à l’université de Stanford et président du Global Carbon Project, une collaboration de centaines de chercheurs. « En fin de compte, c’est l’atmosphère qui est la vérité. C’est l’atmosphère qui nous intéresse. La concentration de méthane et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère est ce qui affecte le climat. »

À l’extrémité inférieure, l’écart est plus important que les émissions annuelles des États-Unis. À l’extrémité supérieure, il se rapproche des émissions de la Chine et représente 23 % de la contribution totale de l’humanité au réchauffement de la planète, selon le Post.

Alors que des dizaines de milliers de personnes se réunissent à Glasgow pour ce qui pourrait être la plus grande réunion jamais organisée dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), également connue sous le nom de COP26, les chiffres qu’elles utilisent pour orienter les efforts mondiaux de réduction des gaz à effet de serre constituent une feuille de route défectueuse.

Cela signifie que le défi est encore plus grand que ce que les dirigeants mondiaux ont reconnu.

« Au final, tout devient un peu fantaisiste », a déclaré Philippe Ciais, un scientifique du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (France) qui suit les émissions à partir de données satellitaires. « Parce qu’entre le monde de la déclaration et le monde réel des émissions, vous commencez à avoir de grandes divergences ».

La CCNUCC collecte les rapports des pays et supervise l’accord de Paris, qui a rassemblé le monde pour réduire progressivement les émissions en 2015. L’agence onusienne a attribué l’écart identifié par The Post à « l’application de différents formats de rapport et à l’incohérence de la portée et de l’opportunité des rapports (par exemple entre les pays développés et en développement, ou entre les pays en développement). »

Lorsqu’on lui a demandé si les Nations unies prévoyaient de combler cette lacune, le porte-parole Alexander Saier a répondu dans un courriel qu’elles poursuivaient leurs efforts pour renforcer le processus d’établissement des rapports : « Cependant, nous reconnaissons qu’il faut faire davantage, notamment trouver des moyens de fournir un soutien aux pays en développement pour améliorer leurs capacités institutionnelles et techniques. »

Le fossé comprend de vastes quantités d’émissions manquantes de dioxyde de carbone et de méthane, ainsi que de plus petits volumes de puissants gaz de synthèse. Il est le résultat de règles douteuses, de rapports incomplets dans certains pays et d’erreurs apparemment délibérées dans d’autres – et du fait que, dans certains cas, il n’est même pas obligatoire de déclarer l’ensemble des impacts de l’humanité sur la planète.

L’analyse du Post se fonde sur un ensemble de données constituées à partir des données d’émissions communiquées par les pays aux Nations unies sous divers formats. Pour surmonter le problème des années de données manquantes, les journalistes ont utilisé un modèle statistique pour estimer les émissions que chaque pays aurait déclarées en 2019, puis ont comparé ce total à d’autres ensembles de données scientifiques mesurant les gaz à effet de serre dans le monde.

L’analyse a révélé qu’au moins 59 % de l’écart provient de la manière dont les pays comptabilisent les émissions provenant des terres, un secteur unique dans la mesure où il peut à la fois aider et nuire au climat. Les terres peuvent absorber du carbone à mesure que les plantes poussent et que les sols le stockent – ou tout cela peut retourner dans l’atmosphère lorsque les forêts sont exploitées ou brûlées et que les tourbières riches en tourbe sont drainées et commencent à émettre d’énormes quantités de dioxyde de carbone.

L’un des principaux sujets de controverse est le fait que de nombreux pays tentent de compenser les émissions dues à la combustion d’énergies fossiles en affirmant que le carbone est absorbé par les terres situées sur leur territoire. Les règles de l’ONU permettent à des pays comme la Chine, la Russie et les États-Unis de soustraire chacun plus d’un demi-milliard de tonnes d’émissions annuelles de cette manière, et pourraient à l’avenir permettre à ces pays et à d’autres de continuer à rejeter des émissions importantes tout en prétendant être « net zéro ».

En d’autres termes, une grande partie de l’écart est due aux soustractions que les pays ont effectuées dans leurs bilans. De nombreux scientifiques estiment que les pays ne devraient revendiquer ces réductions de gaz à effet de serre que lorsqu’ils prennent des mesures claires, contrairement à ce qui se passe lorsqu’ils revendiquent la repousse naturelle des forêts sans lien avec les politiques nationales.

Et une partie de cette absorption de carbone ne se produit même pas – ou du moins pas à l’échelle que les pays affirment.

La Malaisie, par exemple, a rejeté 422 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2016, ce qui la place parmi les 25 premiers émetteurs mondiaux cette année-là, selon les données compilées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Mais comme la Malaisie affirme que ses arbres consomment de grandes quantités de CO2, ses émissions déclarées aux Nations unies ne sont que de 81 millions de tonnes, soit moins que celles de la Belgique.

Le Post a découvert que les émissions de méthane constituent une deuxième grande partie des gaz à effet de serre manquants dans la base de données des Nations unies. Des ensembles de données scientifiques indépendantes montrent qu’entre 57 et 76 millions de tonnes supplémentaires d’émissions de méthane d’origine humaine sont rejetées dans l’atmosphère par rapport aux rapports des pays de l’ONU. Cela équivaut à entre 1,6 et 2,1 milliards de tonnes d’émissions équivalentes de dioxyde de carbone.

La recherche scientifique indique que les pays sous-estiment le méthane provenant de sources de toutes sortes : dans le secteur pétrolier et gazier, où il s’échappe des pipelines et d’autres sources ; dans l’agriculture, où il s’échappe des rots et des déchets des vaches et d’autres animaux ruminants ; et dans les déchets humains, dont les décharges sont une source majeure.

Les responsables de l’Union européenne estiment qu’une réduction rapide du méthane permettrait de diminuer d’au moins 0,2 degré Celsius l’augmentation globale de la température mondiale d’ici à 2050. Plus de 100 nations ont maintenant signé le Global Methane Pledge, une initiative lancée par les États-Unis et l’Union européenne, qui vise à réduire les émissions de 30 % d’ici à la fin de la décennie. Mais certains des plus grands émetteurs de méthane au monde, dont la Chine et la Russie, n’ont pas encore adhéré au pacte.

Le président Biden a déclaré aux délégués réunis à Glasgow que la réduction des émissions de méthane est essentielle pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius (2,7 degrés Fahrenheit).

« L’une des choses les plus importantes que nous puissions faire au cours de cette décennie décisive – pour garder la limite de 1,5 degré à portée de main – est de réduire nos émissions de méthane aussi rapidement que possible », a déclaré M. Biden.

Une nouvelle génération de satellites sophistiqués capables de mesurer les gaz à effet de serre sont désormais en orbite autour de la Terre, et peuvent détecter les fuites massives de méthane. Selon les données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la Russie est le premier émetteur mondial de méthane issu du pétrole et du gaz, or ce n’est pas ce que la Russie déclare aux Nations unies. Ses chiffres officiels sont inférieurs de plusieurs millions de tonnes à ce que montrent les analyses scientifiques indépendantes, selon une enquête du Post. De nombreux producteurs de pétrole et de gaz dans la région du golfe Persique, comme les Émirats arabes unis et le Qatar, font également état de très faibles niveaux d’émissions de méthane provenant du pétrole et du gaz, qui ne correspondent pas à d’autres ensembles de données scientifiques.

« Il est difficile d’imaginer comment les décideurs politiques vont poursuivre des actions ambitieuses en matière de climat s’ils n’obtiennent pas les bonnes données des gouvernements nationaux sur l’ampleur du problème », a déclaré Glenn Hurowitz, directeur général de Mighty Earth, un groupe de défense de l’environnement.

Par ailleurs, les gaz fluorés, qui sont exclusivement d’origine humaine, sont également sous-déclarés. Connus sous le nom de « gaz F », ils sont utilisés dans la climatisation, la réfrigération et l’industrie électrique. Mais le Post a découvert que des dizaines de pays ne déclarent pas du tout ces émissions, ce qui constitue une lacune importante, car certains de ces puissants gaz à effet de serre contribuent de plus en plus au problème climatique mondial.

Le Vietnam, par exemple, a déclaré que ses émissions de gaz fluorés ont plongé entre 2013 et 2016, à 23 000 tonnes d’équivalent CO2. Interrogés sur l’estimation de 2016 – qui est inférieure de 99,8 % à ce qui est indiqué dans un ensemble de données scientifiques clés sur les émissions utilisé par The Post – les responsables vietnamiens ont déclaré que les rapports plus récents supposent que les gaz fluorés ne s’échappent pas des systèmes de climatisation et de réfrigération. Mais ils le font : Les supermarchés américains perdent en moyenne 25 % de leurs réfrigérants fluorés chaque année.

De nombreux problèmes à l’origine de l’écart entre les statistiques sur les émissions proviennent du système de déclaration des Nations unies. Les pays développés disposent d’un ensemble de normes, tandis que les pays en développement en ont un autre, avec une grande latitude pour décider de la manière, du contenu et du moment de leur déclaration. Cette différence reflète le fait que les pays développés sont historiquement responsables de la plupart des gaz à effet de serre qui se sont accumulés dans l’atmosphère depuis la révolution industrielle et qu’ils disposent de plus de moyens techniques pour analyser leurs émissions que les pays plus pauvres.

Même lorsque les pays déclarent leurs émissions, les données de l’ONU peuvent être entachées d’inexactitudes. L’ensemble des données, par exemple, montre qu’en 2010, les terres de la République centrafricaine ont absorbé 1,8 milliard de tonnes de dioxyde de carbone, une quantité immense et improbable qui compenserait efficacement les émissions annuelles de la Russie.

Lorsque le Post a signalé le chiffre de la République centrafricaine à la CCNUCC, l’agence a reconnu que « les données déclarées peuvent nécessiter des éclaircissements supplémentaires, et nous allons contacter la partie pour obtenir des informations complémentaires et mettre à jour les données dans l’interface de données sur les GES (gaz à effet de serre) en conséquence ». La République centrafricaine n’a pas répondu aux demandes de clarification du Post.

« Les engagements de l’accord de Paris sans mesures des émissions atmosphériques réelles sont comme si les parties se mettaient au régime sans jamais avoir à se peser », a déclaré Ray Weiss, spécialiste de l’atmosphère à la Scripps Institution of Oceanography de San Diego.

Au bord de l’abîme

Les rapports sur les émissions sont si peu maniables que les Nations unies ne disposent pas d’une base de données complète pour suivre les émissions des pays. 45 pays n’ont pas communiqué de nouveaux chiffres sur les gaz à effet de serre depuis 2009.

L’Algérie, un important producteur de pétrole et de gaz, n’a pas présenté de rapport depuis 2000. La Libye, déchirée par la guerre et autre grand exportateur d’énergie, ne déclare pas du tout ses émissions. La nation d’Asie centrale du Turkménistan, dont l’économie est alimentée par le pétrole et le gaz, n’a pas déclaré d’inventaire depuis 2010 – bien qu’elle ait été mise en cause à plusieurs reprises ces dernières années pour des fuites importantes de méthane.

L’Australie supprime de ses totaux annuels les importantes émissions de dioxyde de carbone dues aux méga-incendies, qui se sont aggravées en raison du changement climatique. Une étude de Ciais et de ses collègues a révélé que le pays a également sous-déclaré ses émissions de protoxyde d’azote en 2016, un puissant agent de réchauffement qui provient principalement de l’agriculture, par un facteur de quatre à sept.

En s’appuyant sur les données relatives aux émissions de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, The Post a constaté un écart similaire : trois fois plus de protoxyde d’azote que ce que l’Australie déclare aux Nations unies.

Le département australien de l’industrie, des sciences, de l’énergie et des ressources a contesté l’idée qu’il n’incluait pas les émissions de carbone dues aux incendies de forêt, déclarant dans un communiqué qu’il utilisait « un processus de lissage … conçu pour dégager les tendances des émissions nettes anthropiques » de ses forêts au fil du temps.

Le travail de Ciais et de ses collègues, a écrit le service de presse du ministère australien dans un courriel, « est une exploration de nouvelles techniques de modélisation émergentes » et « il y a une incertitude considérable sur la façon dont ces résultats doivent être interprétés. »

Le plus important des inventaires extérieurs pris en compte dans l’analyse du Post – l’estimation d’une équipe de recherche basée sur la base de données des émissions pour la recherche atmosphérique mondiale – fait état de 57,4 milliards de tonnes d’émissions annuelles de gaz à effet de serre. D’autres inventaires scientifiques majeurs présentent des totaux similaires. Pourtant, les rapports nationaux les plus récents des Nations unies ne s’élèvent qu’à 41,3 milliards de tonnes lorsque les revendications territoriales et forestières sont prises en compte.

L’écart ne s’élève toutefois pas à 16 milliards de tonnes, car de nombreux rapports nationaux sont obsolètes, certaines informations de l’ONU sont incorrectes et aucun pays ne prend en charge les émissions provenant des voyages aériens et des transports maritimes internationaux. L’analyse du Post tient compte de ces problèmes et révèle un écart entre 8,5 et 13,3 milliards de tonnes.

Les négociateurs climatiques savent depuis des décennies que ce processus de collecte de données est défectueux, mais ils se sont plutôt attachés à persuader les dirigeants mondiaux de s’engager dans des discussions sérieuses et de prendre des mesures réelles pour freiner les émissions.

« Je ne suis pas du tout surpris que l’on trouve toutes sortes de divergences ou que les pays jouent à certains jeux », a déclaré Dan Reifsnyder, un ancien fonctionnaire américain qui a coprésidé les négociations de l’accord de Paris. « Si vous voulez penser à renforcer l’ensemble du processus, l’ensemble du processus climatique, c’est un domaine très, très fertile à explorer. »

Alors que l’accord de Paris prévoit la mise en place d’un système plus transparent d’ici à la fin de 2024, il pourrait falloir attendre 2030 pour parvenir à des rapports robustes – une éternité par rapport au délai serré dont le monde a besoin pour bien faire les choses. Le monde s’est déjà réchauffé d’au moins 1,1 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, ce qui laisse un chemin très étroit pour éviter de franchir les seuils de réchauffement dangereux de 1,5 et 2 degrés Celsius.

Selon les scientifiques, les émissions, qui continuent d’augmenter, doivent être réduites de moitié au cours de cette décennie et pas après, dans ce qui devra être la plus grande action collective entre les pays du monde dans l’histoire de l’humanité. En fin de compte, ce ne sont pas les politiques, la comptabilité ou les promesses qui détermineront l’ampleur du réchauffement de la planète, mais les chiffres exacts de la science atmosphérique : les parties par million de gaz à effet de serre dans l’air.

Dans une récente interview, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré qu’il espérait que les nations reconnaîtraient les conséquences de leurs actions.

« On prend de plus en plus conscience que nous sommes vraiment au bord de l’abîme », a-t-il déclaré. « Et lorsque vous êtes au bord de l’abîme, vous devez être très prudent quant à votre prochaine étape ».

Un fossé énorme

Au début de l’année 2020, Ciais, l’expert français en matière d’émissions, n’a pas pu accéder à son laboratoire à l’Université de Paris-Saclay, un pôle de recherche situé en dehors de la capitale française. Le laboratoire étant resté inactif pendant que la pandémie de coronavirus faisait rage, M. Ciais s’est retranché chez lui et a fait ce qu’il fait toujours : une quantité prodigieuse de recherches.

Rien que cette année-là, plus de 100 articles scientifiques portant son nom ont été publiés, la plupart consacrés à la résolution de certains des problèmes les plus difficiles de la science du climat : Quelles sont les émissions réelles de la planète ? Et dans quelle mesure la planète – sous la forme de ses terres, forêts et sols – contribue-t-elle à atténuer la force de la pollution mondiale ?

Au printemps 2020, le verrouillage a fait chuter les émissions de dioxyde de carbone, ainsi que les prix du pétrole. Philippe Ciais a réalisé que c’était un moment unique pour étudier les émissions des pays.

  1. Ciais a commencé à additionner les rapports des Nations unies sur les émissions et à les comparer aux mesures satellitaires et atmosphériques de la croissance des forêts et des émissions de méthane et d’oxyde nitreux des principaux émetteurs mondiaux.

Il s’attendait à un écart et se demandait à quoi il ressemblerait. Mais lorsqu’il a vu ce qui était plutôt un gouffre, il a immédiatement compris les implications pour la politique de l’accord de Paris.

« Il est déjà difficile de donner un sens aux engagements pris », a-t-il déclaré. « Si la base de référence est sous-déclarée, le pourcentage de réduction des émissions que vous obtenez sera faussé ».

L’étude de Ciais pour 2021, menée avec Zhu Deng de l’université Tsinghua à Pékin et 31 autres chercheurs, est toujours en cours d’examen par les pairs, mais elle est accessible au public, de même que son ensemble de données.

Les données utilisent certains des rapports nationaux analysés par le Post, ainsi que les ensembles de données atmosphériques déjà publiés par le Global Carbon Project. Mais elles ne portent que sur des pays individuels, et non sur le monde entier comme l’a fait le Post. Elle révèle néanmoins des écarts importants entre la manière dont ces pays déclarent leurs émissions et ce qui se trouve réellement dans l’atmosphère. En particulier, le Ciais a constaté que certains des principaux émetteurs mondiaux, y compris des pays riches et en développement – la Russie et l’Indonésie, l’Union européenne et le Brésil – sous-estiment les émissions de gaz clés.

Dans l’un des cas les plus frappants, l’étude de Ciais a révélé que les fuites de méthane provenant de l’exploitation de combustibles fossiles dans les États pétroliers du golfe Persique pourraient être jusqu’à sept fois supérieures à ce qu’ils déclarent officiellement.

Les recherches de Ciais ont également révélé que les « puits de carbone » – les terres qui absorbent le CO2 – que les pays prétendent soustraire de leurs émissions totales ne représentent en fait qu’une fraction de la quantité absorbée par les forêts de la planète. Mais, pour le Ciais, cette découverte est une bénédiction mitigée. D’une part, la Terre s’efforce de réduire la pollution par le carbone plus que nous ne le pensons. D’autre part, les sécheresses, les incendies de forêt et autres perturbations majeures liées au changement climatique peuvent rapidement libérer à nouveau une grande partie de ce carbone.

Les gaz à effet de serre libérés par l’activité incessante de l’humanité sont difficiles à cataloguer : Ils sont invisibles, et ils sont produits par presque tous les aspects de nos vies. Les maisons que nous habitons, les véhicules que nous conduisons, les aliments que nous mangeons, les produits que nous achetons contribuent tous, directement ou indirectement, à la charge en gaz à effet de serre de l’atmosphère.

La majeure partie des émissions provient des combustibles fossiles, qui peut être comptabilisée avec une précision raisonnable. Mais plus d’un tiers d’entre elles ne sont pas faciles à suivre, notamment les émissions qui résultent de l’abattage des forêts ou des incendies, de l’assèchement des tourbières ou de l’épandage d’un excès d’engrais sur les champs agricoles.

Pour Philippe Ciais, il n’est pas étonnant que les dirigeants du monde aient du mal à comptabiliser les échanges complexes de carbone et d’azote entre la Terre et son atmosphère. Mais le système mis en place par les Nations unies pour comptabiliser ces émissions rend les choses encore plus difficiles.

L’un des principaux problèmes réside dans le fait que les directives de l’ONU en matière de rapports ne requièrent actuellement aucune mesure atmosphérique ou satellitaire, ce que l’on appelle une approche « descendante ». Elles demandent plutôt aux comptables scientifiques de chaque pays de quantifier les niveaux d’une activité particulière. Il peut s’agir du nombre de vaches, dont les rots représentent 4 % du total des gaz à effet de serre, de la quantité d’engrais utilisée ou de la superficie de tourbières converties en terres cultivées au cours d’une année donnée. Ensuite, les pays multiplient ces unités par un « facteur d’émission » – une estimation de la quantité de gaz produite par chaque activité – afin de déterminer un total pour tout, des rots des vaches aux émissions des pots d’échappement.

Mais ces chiffres peuvent facilement être erronés, tout comme les facteurs d’émission. Lorsque cela se produit, la déclaration des émissions n’est guère plus qu’une conjecture, un cas de « garbage in, garbage out« .

Sous-sols et salles de bal

Les données faussées de la Malaisie illustrent de manière frappante les enjeux élevés auxquels les pays sont confrontés lorsqu’ils doivent faire face à la pression croissante pour réduire les émissions tout en gérant les conséquences économiques très réelles que ce processus déclenche.

Au cours de la dernière décennie, certains habitants de ce pays d’Asie du Sud-Est ont déployé des efforts considérables pour contrer les conclusions scientifiques selon lesquelles l’industrie du palmier à huile libère d’énormes quantités de carbone. L’Union européenne a restreint les biocarburants à base d’huile de palme au motif qu’elle contribue à la déforestation, et le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis a interdit les importations d’huile de palme de deux des plus grands producteurs malaisiens au cours des 18 derniers mois après avoir conclu que les travailleurs de leurs plantations étaient soumis à des conditions de travail abusives.

En 2016, dernière année où la Malaisie a communiqué ses chiffres aux Nations unies, les experts mondiaux des tourbières se sont réunis à Kuching, la capitale de l’État malaisien du Sarawak, pour le 15e Congrès international de la tourbe, sur la vaste île tropicale de Bornéo.

Jenny Goldstein, alors nouveau membre de la faculté de l’université de Cornell, est entrée dans l’hôtel cinq étoiles Pullman Kuching et s’est retrouvée au milieu d’une guerre de propagande visant à donner une bonne image de l’industrie controversée de l’huile de palme.

Il y avait plus de participants de l’industrie de l’huile de palme que de scientifiques à cette conférence académique. Les réunions de l’industrie se tenaient dans une salle de bal géante de l’hôtel, tandis que les présentations scientifiques avaient lieu au sous-sol – des salles si petites que certains scientifiques devaient s’asseoir par terre.

Par curiosité, Goldstein s’est aventuré à l’étage.

« Il n’y avait presque que des hommes assis dans ces salles de bal pour écouter des présentations sur la façon dont les superbes tourbières de Malaisie ont été gérées pour l’huile de palme », se souvient M. Goldstein, aujourd’hui professeur de développement mondial à Cornell. Au sous-sol, des experts mondiaux de la tourbe présentaient des recherches de pointe sur les énormes bombes de carbone que contiennent les tourbières.

Le Sarawak peut s’enorgueillir d’un riche écosystème de forêts de marécages tourbeux qui abritent des orangs-outans, des crocodiles et des raminiers de 30 mètres de haut jaillissant de la terre détrempée. Mais à travers le Sarawak et d’autres régions de Malaisie, 4 000 miles carrés de ces forêts, soit près de la taille du Connecticut, ont été drainés au cours des dernières décennies. Une grande partie de ces terres est consacrée aux plantations d’huile de palme, couramment utilisée dans des produits allant des biocarburants aux aliments transformés, en passant par les savons et le maquillage.

Lorsque la tourbière est drainée, elle libère rapidement du dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, car les restes des plantes autrefois gorgées d’eau se dégradent en raison de leur exposition soudaine à l’air. Les émissions se poursuivent ensuite pendant des décennies, jusqu’à ce que la tourbe ait disparu.

La conférence était un événement historique, organisé sous les tropiques pour la première fois en 62 ans d’existence, et accueilli par la Malaysian Peat Society avec le soutien du gouvernement du Sarawak.

La responsable de la conférence, la directrice de l’Institut de recherche sur les tourbières tropicales du Sarawak, Lulie Melling, a affirmé que les promoteurs de palmiers à huile peuvent planter sur les tourbières sans libérer d’énormes quantités de carbone. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences environnementales de l’université japonaise d’Hokkaido.

Mme Melling a déclaré dans une interview accordée au Post que les autres scientifiques qui ont étudié la tourbe dans d’autres parties du monde ne comprennent pas les qualités uniques de la tourbe de sa région.

« C’est comme comparer un cheesecake au fromage suisse », a-t-elle déclaré.

Elle a souvent présenté le débat scientifique en termes nationalistes ou anticolonialistes. Au début de l’année, elle a déclaré au New Sarawak Tribune, un journal anglophone, que l’Institut de recherche sur les tourbières tropicales était en « première ligne au nom de l’État pour informer le public que les pratiques agricoles sur les tourbières ont un impact minimal sur leur rôle de source de carbone ».

« À moi seule, avec le soutien de mon petit laboratoire, j’ai lancé et publié des travaux de recherche novateurs sur l’utilisation de la tourbe et les émissions [de gaz à effet de serre] afin de réfuter les détracteurs occidentaux de l’utilisation de la tourbe comme terre arable », a-t-elle déclaré.

Selon M. Goldstein, la position pro-industrie de Mme Melling a surpris les scientifiques présents à la conférence, tout comme son utilisation d’un langage vulgaire dans ses remarques publiques.

Mme Melling a déclaré qu’elle utilisait un langage suggestif pour rendre sa science mémorable.

« J’ai commencé à utiliser l’humour pour faire passer mon message en 2007, lorsque j’ai organisé un séminaire sur la science du sol intitulé « Big hole, small hole & KY Jelly » », a-t-elle déclaré dans une interview d’avril 2016 avec TTG Associations, un groupe commercial de la région Asie-Pacifique.

Au lendemain de la conférence, certains scientifiques ont été stupéfaits de lire dans des reportages que l’événement avait présenté de nouvelles preuves que le développement de l’huile de palme pouvait se faire sans perturbation majeure de l’environnement. « La Malaisie défie le monde sur les tourbières à huile de palme », a déclaré le Jakarta Post en anglais.

En réponse, 139 scientifiques – dont Goldstein – se sont opposés à ces articles, soulignant l’abondance d’études évaluées par des pairs sur les émissions des tourbières. La lettre a été publiée par la revue scientifique Global Change Biology.

« L’industrie des palmiers à huile est essentiellement un bras du gouvernement », a déclaré M. Goldstein.

Une chaleur mordante

Nicholas Mujah Ason a vu à la fois la cause et l’effet du réchauffement climatique : la mer de plantations de palmiers à huile qui l’entoure et la forêt tropicale qui ne se refroidit jamais.

Mujah, qui a vécu dans l’État du Sarawak la majeure partie de sa vie, lutte contre le développement depuis le début des années 1980, lorsqu’il a été emprisonné pour avoir protesté contre l’empiètement des bûcherons.

« Ce n’est pas que nous détestons l’huile de palme », a-t-il déclaré. « Nous détestons la façon dont l’huile de palme a été plantée sur nos terres ».

Sa famille vit au plus profond de la forêt tropicale depuis huit générations, et cet homme de 62 ans a été impliqué dans de multiples actions en justice en tant que secrétaire général de l’association Sarawak Dayak Iban, un groupe de défense des droits des autochtones.

Plus récemment, le village natal de Mujah a été victime d’inondations soudaines parce que la tourbière qui absorbait autrefois les pluies a été drainée. Il est désormais difficile de dire quand l’été commence, car il fait chaud toute l’année – et la chaleur pique.

« Ce n’est pas une chaleur normale comme celle que nous avons connue auparavant », dit-il. « Vous allez sentir la chaleur mordante, et votre peau sera brûlée ».

Le gouvernement malaisien a minimisé l’impact climatique de l’industrie de l’huile de palme dans plusieurs catégories dans ses rapports de l’ONU.

En 2016, la Malaisie a affirmé qu’elle n’avait pas converti une seule acre en terres cultivées.

« C’est manifestement faux », a déclaré Susan Page, experte des tourbières à l’Université de Leicester, qui a également signé la lettre s’opposant aux présentations du Congrès international des tourbières de 2016.

En fait, dans une étude revue par des pairs et financée par le gouvernement malaisien lui-même, des scientifiques ont documenté l’expansion d’une plantation de palmiers à huile au sommet d’une tourbière riche en carbone au Sarawak, la même année que le dernier rapport de la Malaisie. L’étude a estimé que 138 tonnes de dioxyde de carbone étaient libérées par hectare – une unité équivalente à 2,47 acres – dans les zones converties. En d’autres termes, une impulsion géante d’émissions s’est produite en raison de la conversion des terres. À la demande du Post, la société d’intelligence géospatiale Esri a mesuré l’expansion totale à 494 acres.

Cela s’est produit dans tout le pays cette année-là. En s’appuyant sur un ensemble de données satellitaires fournies par le Ciais et ses collègues, dont Wei Li de l’université Tsinghua en Chine, Esri a constaté un ajout net d’environ 410 000 acres de plantations de palmiers à huile en 2016, sans que l’on sache exactement combien d’entre elles se trouvaient sur des tourbières.

Les preuves scientifiques suggèrent que le pays sous-estime également les émissions provenant des tourbières drainées, qui se produisent dans les années suivant la conversion des terres. En utilisant une estimation dépassée de la quantité d’émissions des tourbières, la nation a calculé que ses terres cultivées au sommet des tourbières drainées n’ont émis que 29 millions de tonnes de CO2 en 2016.

John Couwenberg, un expert des tourbières de l’université de Greifswald en Allemagne, a déclaré que l’estimation de la Malaisie était « beaucoup trop basse ». Il a retravaillé les chiffres pour The Post et a obtenu un total de 111 millions de tonnes d’émissions équivalentes de dioxyde de carbone. Une étude de 2017 est allée dans le même sens, trouvant un chiffre de près de 100 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an pour l’ensemble de la Malaisie. En d’autres termes, les émissions des tourbières de Malaisie pourraient facilement être environ trois fois plus élevées que ce que le pays prétend.

Et puis vient le plus gros problème de tous.

La Malaisie revendique un puits de carbone forestier annuel de plus de 243 millions de tonnes pour une superficie forestière de seulement 68 000 miles carrés. Ce n’est pas loin de ce que l’Indonésie voisine prétend pour une forêt plus de cinq fois plus grande.

Les examinateurs techniques de l’ONU ont mis en doute ce qu’ils ont appelé le « chiffre inhabituellement élevé » de la Malaisie pour le stockage du carbone forestier et ont déclaré qu’ils étaient incapables de le reproduire malgré l’utilisation de trois méthodes différentes. Plusieurs scientifiques ont déclaré au Post que ces chiffres n’auraient de sens que si toutes les forêts de Malaisie se développaient à un rythme similaire à celui des jeunes pousses, ce qui n’est pas le cas.

« Il semble qu’il y ait une erreur, car il est totalement impossible de penser que l’ensemble des forêts de Malaisie accumulent l’équivalent de jeunes forêts tropicales », a déclaré Jérôme Chave, directeur de recherche au Centre national français de la recherche scientifique, qui a publié des données sur le stockage du carbone dans les forêts malaisiennes.

Le gouvernement malaisien a déclaré que ses rapports étaient conformes aux directives de l’ONU et faisaient l’objet d’un examen rigoureux, mais il n’a pas répondu aux questions détaillées concernant les rapports du pays sur le secteur terrestre.

« Les informations, y compris celles que vous demandez, ont toutes été soumises à un processus d’examen intense (cela nous a pris sept mois) mené par les experts de la CCNUCC eux-mêmes, qui sont des membres du monde entier », a déclaré par courriel Mohamad Firdaus Nawawi, un fonctionnaire du ministère malaisien de l’Environnement et de l’Eau, qui prépare les documents.

« Lorsque vous marchez sur des tourbières, vos pieds s’enfoncent dans des milliers d’années de carbone », a déclaré Hurowitz, le directeur général de Mighty Earth. « Le Sarawak a envoyé ses défenseurs de la destruction des tourbières à des événements scientifiques, gouvernementaux et d’entreprises pendant des années pour présenter une image follement déformée de la destruction de ces écosystèmes ultrariches en carbone. »

Dans le cadre de l’accord de Paris, la Malaisie s’est engagée à réduire, d’ici à la fin de la décennie, l’intensité de carbone de son économie de 45 % par rapport à ce qu’elle était en 2005. Jusqu’à présent, le pays affirme que c’est le secteur forestier qui contribue le plus à la réduction de ses émissions, ce qui souligne à quel point les chiffres du pays sont vraiment problématiques.

« Je ne suis pas surpris que les gouvernements essaient de cacher la pollution », a déclaré M. Hurowitz, « mais il est honteux qu’ils s’en tirent à bon compte. »

Tolérer le désordre

Jackson, le professeur de Stanford, est animé par le sentiment que les données peuvent sauver la planète du péril. Il préside le Global Carbon Project, l’effort scientifique le plus ambitieux au monde pour rassembler les données qui expliquent le cycle mondial du carbone, c’est-à-dire la façon dont la planète absorbe et libère le dioxyde de carbone. Les scientifiques analysent le même type de données que celles que les pays sont censés communiquer aux Nations unies, mais ils apportent leur scepticisme et un outil que l’organisme mondial n’applique pas : les mesures directes des gaz dans l’atmosphère.

  1. Jackson estime que l’atmosphère est l’ultime moyen de vérifier ce que les pays déclarent – et ce qu’ils promettent. Le manque de données est un problème urgent.

Au début de cette année, les Nations unies ont publié un « rapport de synthèse », qui prévoit l’effet des promesses climatiques des pays sur les émissions futures et la température de la planète.

Selon le rapport, ces promesses « couvrent » la grande majorité des émissions mondiales, avec des chiffres supérieurs de plus de 10 milliards de tonnes à ce que les pays déclarent réellement lorsque tous les secteurs sont inclus, selon les calculs du Post. Les Nations unies ont refusé de fournir leur ensemble de données pour étayer ce chiffre, mais ont expliqué un certain nombre d’étapes par lesquelles les « chiffres » des pays avaient été ajustés.

« Il est surprenant de voir que les auteurs du rapport de l’ONU n’ont pas utilisé les données originales rapportées par chaque pays », a déclaré M. Ciais, qui contribue également au Global Carbon Project.

  1. Saier, le porte-parole de la CCNUCC, a défendu cette approche dans un courriel, affirmant qu' »il y a effectivement une petite mise à l’échelle. »

Dans un sens, la CCNUCC a ajusté les chiffres des pays pour qu’ils correspondent à ce que la science dit être émis : cela a comblé l’écart constaté par le Post.

D’un point de vue politique, il n’y a peut-être pas d’autre option. Si l’on n’exige pas de mesures satellitaires ou atmosphériques, les pays riches comme les pays pauvres risquent de ne pas déclarer tous leurs émissions pendant des années.

Après tout, il n’y a finalement aucun moyen de rendre obligatoires l’accord de Paris, les réductions d’émissions ou les rapports précis sur les émissions. Chaque pays déclare ce qu’il déclare et promet ce qu’il promet.

« Je pense que c’est en partie la raison pour laquelle tout cela est toléré, c’est le sentiment qu’au moins les pays fournissent quelque chose, participent et y réfléchissent », a déclaré M. Jackson.

« C’est pourquoi les gens tolèrent ce désarroi, parce que l’alternative est qu’ils s’en aillent. »

Mais Jackson est un optimiste.

« Je crois que l’information est puissante. Les données et les informations n’ont pas fait bouger le monde du climat aussi rapidement que je l’aurais souhaité », a-t-il déclaré. « Mais j’espère toujours naïvement laisser à mes enfants un monde meilleur que celui que j’ai trouvé. »

Brady Dennis, Nick Trombola, Taylor Telford et Caroline Cliona Boyle ont contribué à ce rapport.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page