Un petit peu de patience s’il vous plait pour le chargement de la page.

Vous pouvez aussi retrouver notre podcast sur Spotify et Anchor.

#ecospiritualité #religions #changementclimatique #ecologie  

Plan(s) B reçoit Aloïs Le Noan, journaliste indépendant, pour aborder un thème inhabituel sur notre canal (des chiffres des chiffres, toujours des chiffres… mais ce n’est pas une porte d’entrée qui parle à tous !) : l’éco-spiritualité et le rôle que peuvent jouer les religions dans la transition écologique.  Nous abordons avec lui des questions comme : 

* l’anthropocentrisme des religions abrahamiques, mais aussi les valeurs qu’elles véhiculent comme la sobriété et l’humilité 

* la prise de conscience (ou pas ?) dans les communautés chrétiennes, les positions du Pape 

* l’évangélisme américain climatosceptique 

* ce que peuvent nous apprendre les religions orientales 

* la contribution de la méditation 

* les applications concrètes et l’éco-spiritualité  

Quelques livres recommandés par Aloïs pour aller plus loin : 

https://editions-jouvence.com/livre/devenez-pionnier-du-nouveau-monde/ 

https://www.decitre.fr/livres/reenchanter-notre-relation-au-vivant-9782889536597.html 

https://www.souffledor.fr/ecopsychologie/1917-ecopsychologie-pratique-et-rituels-pour-la-terre-9782840586319.html

 

#petrole #gaz #picpetrolier #energiesrenouvelables #eolien #solaire
Philippe Gauthier revient sur Plan(s) B pour tenter de nous permettre plus clair dans la situation actuelle, avec certaines analyses rassurantes, d’autres moins (mais surmontables à terme selon lui) : 
1) La question russe, crise actuelle, perspectives à court terme et long terme  
2) Les investissements mondiaux dans l’exploration et les capacités de production  
3) L’adaptation au pic pétrolier où le déclin géophysique des puits serait gérable : efficacité énergétique, sobriété, électrification, descente géophysique lente 
4) L’accélération des investissements dans les énergies renouvelables 
5) La crise des métaux et son impact sur l’éolien et la voiture électrique 
6) Les services que rendent les ENR dans la crise actuelle 
7) La sobriété : ce que c’est, comment on est supposés y arriver  
Le blog de Philippe Gauthier : 
https://energieetenvironnement.com/author/philippegauth/ 
Son compte LinkedIn : 
https://www.linkedin.com/in/philippe-gauthier-ba530b42/recent-activity/shares/ 
Son compte Facebook : 
https://www.facebook.com/philippe.gauthier.5074
#agroecologie #agriculture #petrole #plansb #jeremiewainstain #cyrusfarhangi  
Jérémie Wainstain est co-fondateur de The Green Data, qui après un parcours dans ce qu’il appelle lui-même un « bullshit job par excellence » s’est pris de passion pour l’agriculture et lancé une activité d’accompagnement des acteurs dans l’élaboration de modèles agroécologiques et économiques, reposant sur une meilleure collecte et analyse de données. Jérémie travaille pour un monde plus durable et pour mettre le digital et la data science au service de l’humain.  
Il nous raconte son parcours, son activité, et porte un regard sur la transition agroécologique : après-pétrole, adaptation au changement climatique, sécurité alimentaire… Sacrée équation !  
Lien vers son livre paru aux Editions France Agricole : 
https://www.editions-france-agricole.fr/site/gfaed/NOUVEAUTES__gfaed.4464.43363__/fr/boutique/produit.html

#lowtech #sobriete #changementclimatique #energiesolaire #solairethermique #effondrement #maxencefournaux #cyrusfarhangi  

Pour nous suivre sur les réseaux : 

https://www.linkedin.com/in/cyrus-farhangi-9301833/recent-activity/shares/ 

https://www.facebook.com/cfarhangi 

https://www.facebook.com/PlansBOfficiel 

https://twitter.com/CyrusFarhangi  

Maxence Fournaux est « collapso-entrepreneur », co-fondateur de Label Tech (anciennement Solar Fire France), société qui commercialise des fours solaires appelés Light Fire. Avec lui nous abordons les points suivants : 

1) Fours solaires, en quoi ça consiste ?  

2) Qui sont ses clients ?  

3) Comment est venu l’idée ?  

4) En quoi c’est « low-tech » ? 

5) Le potentiel de l’énergie solaire thermique 

6) Regards sur le risque d’effondrement, le climat, la biodiversité, le végétarianisme…  

Pour aller plus loin : 

https://www.linkedin.com/in/maxencefournaux/ 

Devenez Entrepreneur Solaire

Valérie Paumier est fondatrice de Résilience Montagne, qui organise un dialogue entre les acteurs de l’avenir de la montagne. Avec elle nous abordons les questions suivantes : 

1) Quels sont les conséquences environnementales des stations de sports d’hiver ? 

2) Sur l’aménagement foncier, qu’est-ce qui ne va pas ? 

3) Sur le plan socio-économique (emploi, fiscalité etc.) quels sont les avantages et éventuellement les inconvénients du tourisme alpin ? 

4) Au regard du réchauffement climatique, le ski a-t-il un avenir ? 

5) Faut-il un plan de sortie du ski ? 

6) Comment reconvertir l’économie de ces territoires ? 

7) Les blocages auquel on fera face ? 

8) Dans votre monde idéal, à quoi ressemblera la montagne en 2050 ?  

Liens pour aller plus loin :  

Le site de Résilience Montagne : 

https://www.resiliencemontagne.org/  

Les travaux de Guillaume Desmurs : 

https://www.glenat.com/auteurs/guillaume-desmurs  

Une thèse des Mines Paris sur la neige de culture : 

https://blog-isige.minesparis.psl.eu/2018/07/26/neige-de-culture-une-solution-durable/  

L’intervention de Loic Giaccone sur Greenletter Club : 

https://www.youtube.com/watch?v=dGt0lZ7k0C8  

#changementclimatique #ski #valeriepaumier #montagneresilience #plansb

Maxence Cordiez est ingénieur au CEA, et s’exprime ici à titre personnel sur : 
* la crise énergétique actuelle (gaz, électricité, pétrole) et éventuellement futures 
* les principales conclusions du rapport RTE, et les paris technologiques qu’il soulève 
* le mix énergétique de la France : nucléaire et ENR 
* la sobriété énergétique et le levier politique de la gestion de la demande : « On paramètre les mesures climatiques et énergétiques pour qu’elles n’aient aucun effet, donc de fait elles n’ont aucun effet ! » 
* le militantisme énergétique et climatique : quand la volonté de se battre passe avant la volonté de se renseigner  
Vous pouvez suivre les analyses régulières de Maxence Cordiez sur Twitter et LinkedIn : 
https://twitter.com/maxcordiez 
https://www.linkedin.com/in/maxence-cordiez/  
 
#transitionenergetique #petrole #nucleaire #renouvelables #rapportRTE #maxencecordiez #plansB #cyrusfarhangi #sobriete #penuries #rationnement
Lien vers le livre d’Emmanuel Pont : 
https://www.emmanuelpont.fr/  
Son blog 
https://medium.com/enquetes-ecosophiques/
Nous abordons avec Emmanuel Pont une question que se posent beaucoup de gens mais aussi un sujet délicat, propice aux pentes dangereuses et touchant à des sujets qui fâchent autour de la population et de l’environnement.   
Nouveau format sur Plan(s) B avec une première partie de 15 minutes de questions flash. Emmanuel n’a pas eu les questions au préalable, il a une minute par question pour répondre. Dans la deuxième partie de l’émission, il reviendra sur les questions qu’il souhaite approfondir, par exemple la récupération politique de la question démographique.
1) On était 6 milliards en 1999, on est 8 milliards aujourd’hui, et on sera autour de 10 milliards en 2050, sommes-nous trop nombreux sur Terre ? 
2) En France, dont la population de 67 millions continue de croitre lentement mais surement, et émet environ 10 tonnes équivalents CO2 de GES par habitant, sommes-nous trop nombreux ? 
3) Aux Etats-Unis, dont la population de 330 millions continue de croitre un peu plus rapidement et surement, et émet environ 20 tonnes équivalents CO2 de GES par habitant, sont-ils trop nombreux ? 
4) Au Niger, dont la population de 24 millions qui émet environ 0 CO2, et qui pourrait atteindre 300 millions d’habitants d’ici 2100 « toutes choses égales par ailleurs », sont-ils trop nombreux ? 
5) Es-tu rassuré par le fait que dans des pays comme le Bengladesh, la Turquie, l’Iran, l’Indonésie et même l’Inde, les taux de fécondité se rapprochent rapidement de 2 enfants par femme, voire sont déjà à 2 enfants par femme ? 
6) Es-tu inquiet de la transition démographique qui reste lente dans des pays comme le Nigéria, le Mali ou encore le Niger ?
7) Tu dis à juste titre dans ton livre que l’inertie démographique fait qu’on a peu de levier aujourd’hui sur la population à 2050 (donc pour tenir nos objectifs climatiques de neutralité carbone), mais un levier important sur la population à 2100. 2050 c’est important mais 2100 aussi, surtout si ça se joue maintenant. Dans ce cas, ne faudrait-il pas faire tout notre possible pour que la population en 2100 soit la plus basse possible, que ce soit dans les pays riches fortement émetteurs ou les pays pauvres vulnérables face au dérèglement climatique ? 
8) Es-tu pour ou contre des campagnes de stérilisation forcée ? Raison éthique ou pratique ? 
9) Es-tu pour ou contre une politique de l’enfant unique ? 
10) Es-tu pour ou contre une politique de maximum 2 enfants ? 
11) Es-tu pour ou contre les désincitations fiscales à avoir des enfants ? 
12) Es-tu pour ou contre la suppression des allocations familiales dans les pays riches à faible natalité et à forte empreinte carbone, pour accélérer la baisse de la population ou éviter qu’elle ne remonte ? 
13) Es-tu pour ou contre le financement de campagnes de planning familial par les pays riches dans les pays pauvres à forte natalité ? 
14) Es-tu pour la légalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté, comme en Suisse ? 
15) Le meilleur geste que l’on puisse faire pour l’environnement à son échelle individuelle, n’est-ce pas au final de renoncer à avoir des enfants ?  
#demographie #population #surpopulation #changementclimatique #ecologie #emmanuelpont #plansb #cyrusfarhangi
Vincent Mignerot nous présente quelques thèses de son livre « L’Energie du Déni, comment la transition énergétique va augmenter les émissions de CO2 ». Avec le calme olympien, la perplexité, la franchise et le tact habituels qui l’honorent, Vincent aborde les questions suivantes :
1) le « renforcement synergique des énergies » : il n’y aurait toujours pas de preuve que les « énergies de substitution » se substitueraient aux énergies fossiles… elles renforceraient même le fonctionnement du système existant
2) Le problème des analyses en systèmes isolés : « la méthodologie pour justifier la transition énergétique est semblable à celle du Professeur Raoult »
3) L’incapacité des énergies de substitution à « s’auto-engendrer et s’auto-entretenir » 
4) Une projection dans l’avenir : que faudrait-il pour sortir du déni ? (avec un petit retour sur le film « Don’t look up »)
On profite de sa venue pour faire un retour sur le rapport RTE sur l’avenir énergétique de la France, et aborder des leviers éventuels de régulation (ou pas) de l’effondrement : la décroissance, le rationnement, la géoingénierie…
Quelques liens en complément :
Evolution du mix énergétique mondial :
https://ourworldindata.org/grapher/global-primary-energy?country=~OWID_WRL
Synthèse du rapport RTE par le Réveilleur :
https://www.youtube.com/watch?v=XbrcUz0pu80
Le livre de Vincent Mignerot :
https://vincent-mignerot.fr/energie-deni/
Un article construit ensemble :
https://www.plansb.info/2021/11/02/2377/
Une conférence où Cyrus aborde (entre autres) la question du renforcement synergique des énergies :
https://youtu.be/SJwitD1XR2Q
 
#vincentmignerot #collapsewashing #greenwashing #effondrement #dontlookup #decroissance #cyrusfarhangi #plansb
Documents de Thomas pour ceux qui veulent aller plus loin : 
https://drive.google.com/drive/folders/1mJsT3i_-XCSVLF00PoQ_KTtytGrvR9cp?usp=sharing  
Interview avec Thomas, ingénieur systémicien, personnage mystérieux et intéressant, proposant ici une conception du système énergétique et de ses contraintes. Nous abordons avec lui les notions suivantes : 
* Le Taux de Retour Energétique « utile », un indicateur prépondérant sur la quantité d’énergie disponible 
* Le lien entre énergie et contexte socio-politico-économique, et la considération de ce qu’est une vie « agréable » 
* Les prix comme mauvais proxy d’analyse 
* Un retour historique sur la révolution industrielle, la 1e guerre mondiale, et la stagflation des années 70  
 
#EROI #tauxderetourenergetique #petrole #nucleaire #plansb #cyrusfarhangi

Vincent Liegey est ingénieur, chercheur interdisciplinaire, essayiste et conférencier. Il a récemment publié « Fake or not : décroissance ». https://www.gallimardmontreal.com/catalogue/livre/decroissance-fake-or-not-liegey-vincent-9791030103946

Avec Vincent nous abordons les sujets suivants : 

* La dimension écologique mais aussi culturelle de la décroissance 

* L’évolution de l’idée de la décroissance depuis 10-15 ans : de l’idée d’une joyeuse bande de joyeux hurluberlus jusqu’à un principe désormais entré dans le mainstream (et que les Français voient d’un oeil plutôt favorable, du moins d’après les enquêtes d’opinion) 

* La décroissance en tant que projet économique alternatif (ce qu’en disent les clients et interlocuteurs de Vincent, comment on transforme radicalement la manière dont on pense la société ?) 

* Consommer moins mais mieux : retour sur une des lignes directrices de la Convention Citoyenne pour le Climat 

* Pourquoi ne retrouve-t-on pas davantage la décroissance dans l’offre politique ? Comment changer la société sans prendre le pouvoir ? 

* Comment on finance la protection sociale et la santé dans une économie en décroissance ? 

* Que peut bien signifier la décroissance dans les pays émergents ou pour les classes populaires des  pays riches ? 

* La question de la démographie 

* Comment on voit l’avenir ? Comment défendre une « démocratie délibérative » et éviter des dystopies et dérives totalitaires ?  

Autres liens cités dans l’échange : 

http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Au_commencement_%C3%A9tait-672-1-1-0-1.html 

Sondage Odoxa : 

Les Français, plus « écolos » que jamais

#vincentliegey #decroissance #ecologie #lowtech #sobriete

Cécile Désaunay est Directrice d’étude à Futuribles, et auteure du livre « La société de déconsommation : la révolution du vivre mieux en consommant moins », préfacé par Dominique Bourg. Nous parlons avec Cécile des points suivants : 
* Les limites écologiques mais aussi sociétales et culturelles à la croissance 
* Les notions de « société de consommation », de « déconsommation », de « peak stuff » 
* Les raisons poussant à la déconsommation : pouvoir d’achat en chute, hausse des dépenses contraintes, vieillissement de la population, satiété et taux d’équipement élevé des ménages, prise de conscience écologique 
* Quelques statistiques et postes sur lesquels les Français déconsomment 
* La question des femmes : « cumuler charge mentale et charge écologique » 
* Focus sur certains publics, trajectoires de déconsommation, et profils de consommateurs 
* Les leviers des pouvoirs publics (tout ne peut pas reposer sur les épaules du consommateur !) : loi économie circulaire, TVA et autres leviers fiscaux, réguler la demande et les quantités consommées 
* La notion même de croissance, et sa pérennité.  
 
Le livre de Cécile Désaunay : 
https://www.decitre.fr/livres/la-societe-de-deconsommation-9782072926624.html  
Projet de loi visant à instaurer un quota carbone individuel pour limiter l’usage de l’avion : 
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3164_proposition-loi  
Conférence de Mathilde Szuba chez France Stratégie sur le rationnement : 
https://www.youtube.com/watch?v=3kFu8RJnXKM  
Travaux du Forum Vies Mobiles de la SNCF sur le rationnement des déplacements : 
https://www.aefinfo.fr/depeche/659102-rationner-les-deplacements-est-plus-juste-quimposer-une-taxe-carbone-sylvie-landrieve-forum-vies-mobiles  
 
#deconsommation #decroissance #rationnement #chargementale #plansb #ceciledesaunay #cyrusfarhangi
« Covid ou pas Covid, ce sont surtout les comorbidités qui saturent les hôpitaux. D’où l’intérêt d’une réflexion sur la santé préventive. » Cela fait partie des sujets que j’ai eu le plaisir d’aborder avec le Dr. Pierre Sonigo, spécialiste du diagnostic médical et de la virologie depuis 40 ans, avec qui nous discutons d’un thème inhabituel sur Plan(s) B : la santé, les épidémies, et le coronavirus.
Mais après tout, Plan(s) B vise à nourrir la réflexion sur la question des limites à la croissance. Et après tout, la principale limite à la croissance depuis 2 ans, qui nous empêche de consommer ce qu’on veut quand on veut, ce n’est ni le déclassement social, ni l’épuisement des ressources, ni le dérèglement climatique. C’est la Covid-2019. Il n’est pas exclu qu’il y ait d’autres épidémies dans les prochaines décennies, donc autant y réfléchir et anticiper.
Plus précisément, je suis Pierre Sonigo depuis quelques temps et j’ai trouvé ses analyses intéressantes, pédagogiques, et permettant de prendre du recul sur la période complexe que nous vivons. Le but n’est pas de diffuser une vérité absolue, mais d’aider à comprendre et faire des propositions. Nous abordons notamment les sujets suivants :
1)  Le parcours de Pierre, ses travaux à l’Institut Pasteur (VIH, Hépatite B) et en tant que directeur du laboratoire « Génétique des virus » à l’Institut Cochin.
2)  Son positionnement sur la crise sanitaire par rapport à d’autres confrères virologues, réanimateurs etc. Le regard qu’il porte sur le débat scientifique et médical depuis 2 ans, les bonnes décisions et les erreurs commises à ses yeux.
3)  Un point sur la situation sanitaire, le variant Omicron, et les perspectives de sortie de crise
4)  L’efficacité du vaccin, la pertinence de la vaccination de masse, la question du « bénéfice-risque »
Ex. « Il n’y avait pas urgence à vacciner massivement les personnes non-fragiles, on aurait pu prendre le temps de mettre au point un vaccin plus sûr, affiner les protocoles vaccinaux. Là on bricole ! Il est difficile d’accepter qu’on enchaine les doses sans vraiment connaitre complètement les effets indésirables, sans vraiment savoir contre quoi on protège (contre la circulation ? contre les formes graves ? »
5)  Le rôle du médecin traitant dans le conseil et la connaissance du patient.
Ex. « On ne laisse pas les médecins travailler, on veut faire leur métier à leur place au lieu de les laisser faire ce qu’ils savent faire mieux que personne. »
6)  Pourquoi les grandes pandémies s’arrêtent, comment les virus continuent de co-exister avec l’Homme (ex. 4 coronavirus déjà « tranquillement » en circulation avant 2020)
7)  Les questions du pass sanitaire, du pass vaccinal, de l’obligation vaccinale…
8)  Plus généralement, notre rapport sociétal aux épidémies, à la maladie, à la santé préventive. Comment financer le système de santé, se soigner et vivre en bonne santé dans une société vieillissante et en croissance faible ?

#plansb #pierresonigo #coronavirus #covid19 #passsanitaire #passvaccinal #pandemie

Jean Latreille est enseignant en sciences économiques et sociales, et auteur d’ouvrages tels que « Merci Les Pauvres ! » et « Sale temps pour l’économie marchande ».  Il nous livre ici tout d’abord un rappel des fondamentaux de la compréhension « orthodoxe » de l’économie et des lois de l’offre et de la demande : un voyage très pédagogique en accéléré (ou un flashback de vos cours d’économie) à travers Say, Walras, Pigou, Keynes, Schumpeter, Solow… Voyage au bout duquel on se sent pas si bête, donc c’est chouette.  

Jean aborde ensuite les angles morts des conceptions orthodoxes de l’économie, notamment, et évidemment, le manque de prise en compte des limites environnementales et culturelles à la croissance. Un calcul très bête parmi d’autres : si on pose une quantité prélevée en 1850 et qu’on l’augmente de 2% chaque année jusqu’à 2050, on constate qu’on prélève autant entre 1850 et 2020 qu’entre 2021 et 2050. On voit bien qu’à un moment, la croissance de la consommation d’énergie, d’eau ou encore de métaux pourrait coincer (climat ou pas climat, mais il se trouve en l’occurrence que « climat »). Selon Jean « c’est la génération de la dernière chance », « la fête est finie », et on s’achemine vers les scénarios du Rapport Meadows au Club de Rome.

Il aborde ensuite la question de la productivité : qu’est-ce que c’est ? Comment concevoir que la productivité globale de l’économie puisse décroitre ? Quel type de société est-ce que cela implique ?

Il s’exprime enfin sur le sujet de la décroissance. Jean n’est notamment pas vraiment optimiste sur le rêve de « justice sociale » qui est vendu avec la décroissance (« la décroissance saura très bien se vendre toute seule »). Ca ne veut cependant pas dire qu’il faut être fataliste, au contraire ! 

 #plansb #jeanlatreille #cyrusfarhangi #decroissance #economie #ecologie #meadows #clubderome #collapsologie #effondrement #revenuuniversel #malthus #pigou #schumpeter #solow #walras #keynes

Plan(s) B a le plaisir de recevoir Robin Girard, enseignant-chercheur à l’Ecole des Mines dans le domaine de la transition énergétique. Robin a entre autres contribué aux travaux de l’ADEME « vers un mix 100% renouvelables ». Avec lui nous abordons les points suivants :
* Retour sur le rapport RTE sur l’avenir énergétique de la France
* Les enjeux de la transition bas carbone, notamment de l’électrification du transport, mais aussi du chauffage dont on parle moins, sur lequel l’enjeu est également très fort, et le défi de taille
* Le gisement d’énergie éolienne en France, ainsi que les questions d’acceptabilité, intermittence, stabilité du réseau, optimisation de la demande…
* Le potentiel du biogaz
* Nucléaire : le pari technologique du prolongement de la durée de vie des centrales, les défis qui se posent au renouvellement du parc
* La sobriété énergétique
 
SHOW LESS
 
#mixenergetique #mixelectrique

La France peut être fière d’avoir le rapport RTE, produit par un gestionnaire de réseau et nos plus grands experts, donnant de la visibilité sur le long terme sur les trajectoires possibles de notre avenir énergétique à 2050, donc notre avenir tout court (une petite bouffée d’air frais au regard du court-termisme auquel nous sommes hélas habitués). Pourtant, ce superbe travail n’a pas rencontré la réception médiatique qu’il méritait : par exemple à peine quelques minutes consacrées au JT de 20h, principalement pour faire intervenir des responsables politiques n’ayant pas lu le rapport (ce qui ne les a pas empêchés d’étaler leur inculture sur le sujet).
 
Médiocrité médiatique qui n’est pas sans rappeler la réception du 6e rapport du GIEC (qui parle donc juste de l’avenir de l’humanité et de la vie sur Terre, j’dis ça j’dis rien) étouffé quelques heures plus tard par le transfert de Leo Messi.
 
Sur Plan(s) B on s’en fiche, on parlera du rapport RTE pendant les mois et années à venir, ne serait-ce par hommage et respect pour ceux qui en ont quelque chose à faire que nos enfants vivent en sécurité, dignement, et de la manière la plus durable possible.  On a l’audience qu’on a, mais on en parle, avec ici Karim Megherbi qui a réalisé un travail énorme de lecture fine du rapport complet, et pris connaissance des hypothèses détaillées de chaque scénario. Une démarche empreinte d’humilité, de dévouement et de reconnaissance envers RTE. Démarche dont il vient livrer ici quelques enseignements : 
* Comment les scénarios RTE ont-ils été construits ? Quelle sont les particularités de ce rapport par rapport à ce qui se fait dans d’autres pays ? 
* Karim soulève un point clé qui est que le rapport soulève surtout des questions sur ce qui sera fait à partir de 2035, en fonction de ce qu’on observera d’ici là (déroulé des chantiers EPR, performance des ENR, gains d’efficacité énergétique…). 
* Justement comment le parc nucléaire français pourrait évoluer ? 
* Pourquoi les scénarios disent-ils que aurons-nous de toute façon besoin des énergies renouvelables intermittentes que sont l’éolien et le solaire ?
* Quid de l’intermittence, recyclabilité, métaux, souveraineté énergétique et économique de la France ? Est-ce qu’on ne remplace pas une dépendance par une autre ?  
 
En conclusion, je décris un petit scénario collapso d’effondrement énergétique : si on n’en veut pas (ou même la moitié de ce scénario), on a intérêt à être prudent avant de rejeter complètement les solutions (déjà limitées) qui s’offrent à nous : nucléaire, renouvelables, biogaz, réduction de nos consommations d’énergie… RTE propose certes 6 trajectoires pour sortir des énergies fossiles, mais chacune suppose d’assez grands accomplissements, et repose sur un certain nombre de paris technologiques. La marge de manœuvre est étroite, nous avons intérêt à ce que le moins de choses possibles foirent.  
 
Lien vers les principaux résultats du rapport RTE :
https://assets.rte-france.com/prod/public/2021-10/Futurs-Energetiques-2050-principaux-resultats_0.pdf
#cyrusfarhangi #karimmegherbi #plansb #transitionenergetique #nucleaire #renouvelables #energiesrenouvelables #energisolaire #energieeolienne #eolienne #rapportRTE #sobriete #efficaciteenergetique #mixenergetique #mixelectrique
Deuxième partie de notre échange de novembre 2021 avec Arthur Keller, avec qui nous abordons les questions suivantes :  
1) La complexité technologique et socio-économique est-elle plutôt gage de résilience, ou facteur de vulnérabilité ? Quels sont quelques exemples de vulnérabilités, de phénomènes auto-accélérateurs, ou de goulets d’étranglements potentiels de notre système ? Par exemple, les infrastructure d’approvisionnement en eau sont-elles devenues plus ou moins résilientes avec l’innovation technologique ? 
2) Les grandes aires urbaines denses sont-elles plutôt résilientes ou vulnérables ? Quid de l’autonomie ? 
3) En cas de pénuries et/ou à mesure que les contraintes écologiques et contraintes de ressources se resserrent, sera-t-on assez collectivement intelligent pour faire les bons arbitrages, rogner sur le secondaire et l’inutile, optimiser les flux et maintenir l’essentiel pour tous ? (Arthur est pour le moins sceptique sur cette question, mais explique pourquoi) 
4) Les critères de la démarche low-tech et les différentes acceptions du terme (discussions autour des notions de techno-discernement, de recentrage sur les besoins essentiels, d’innovation frugale etc.) 
5) Les espoirs lucides qu’on peut encore nourrir, à défaut d’un monde idéal 
6) La décroissance comme projet de société 
7) Les communs à sanctuariser 
8) Notre pouvoir en tant que consommateurs et en tant que citoyens 
9) La complémentarité entre personnes de niveaux de radicalité différents  
 
#plansb #arthurkeller #cyrusfarhangi #resilience #changementclimatique #collapsologie #effondrement #risquessystemiques #lowtech #decroissance
 
Liens pour aller plus loin : 
 
L’interview de Quentin Mateus sur Plan(s) B dans le lien  
https://www.youtube.com/watch?v=cxSnB-UT0Mc 
 
Le lien vers le profil d’Emilien Bournigal : 
https://www.linkedin.com/in/emilienbournigal/?originalSubdomain=fr 
 
Arthur Keller : 10 PROPOSITIONS CONCRÈTES POST-COVID-19 
https://www.youtube.com/watch?v=7kgskerfBi8 
 
Programme présidentiel de Charlotte Marchandise-Franquet 
https://charlotte-marchandise.fr/wp-content/uploads/2019/07/PROGRAMME-CHARLOTTE-MARCHANDISE-FRANQUET-COMPLET.pdf 
https://securite-sociale-alimentation.org 
 
Arthur Keller : Les propositions de Nouvelle Donne pour une transition écologique transverse  
https://www.nouvelledonne.fr/wp-content/uploads/2017/01/Programme-de-transition-ecologique-de-la-CTN-Environnement-et-Soutenabilite.pdf 
Arthur Keller : La conférence sur l’effondrement. 
https://www.youtube.com/watch?v=mxbTTLCtnF4&t=6533s  

#risquessystemiques #systemique #risques

Aurélie Aulagnon est consultante en gérontologie et accompagne entre autres des maisons de retraites dans la définition d’une stratégie de transition écologique et la mise en oeuvre concrète de cette stratégie. Je l’ai rencontrée à l’Univershifté du Shift Project et été très touché par sa bienveillance, son dévouement, et son énergie. 

Aurélie nous parle ici du retour d’expérience d’établissements qu’elle a accompagnés pour donner du sens aux salariés, améliorer la qualité de vie des résidents, réduire leurs vulnérabilités sur le plan énergétique et climatique, et « faire leur part » en matière d’efficacité énergétique et de réduction des gaspillages. Nous abordons ainsi les points suivants :  

* D’un point de vue plus général, les nombreux liens entre santé et environnement (des virus libérés du permafrost aux zoonoses, en passant par les maladies tropicales…) 

* Mais ici en l’occurrence nous parlerons de vieillissement de la population :-), de l’augmentation de la dépendance des personnes âgées, et de la place de l’écologie dans tout ça 

* Réduction des déchets, sobriété alimentaire, efficacité énergétique… 

* Déployer une stratégie d’établissement où les salariés sont heureux de venir travailler, et les résidents heureux de vivre 

* Penser la maison de retraite dans son territoire, s’ouvrir vers l’extérieur, établir des partenariats 

* Former les soignants et les équipes de direction à ces enjeux 

* Que peuvent faire les politiques pour engager et accélérer ces transformations ?  

#changementclimatique #plansb #aurelieaulagnon #cyrusfarhangi #vieillissement #maisonsderetraite #EHPAD #transitionecologique #ecologie

#effondrement #risquessystemiques #systemique #risques

Nouvelle rencontre avec Arthur Keller sur Plan(s) B ! Arthur est expert dans le domaine de la résilience. Il accompagne des agences publiques et parapubliques dans leurs réflexions sur le sujet, donne des cours et des conférences dans toutes sortes de milieux, dont par exemple l’Ecole CentraleSupélec. Son discours est toujours passionnant. Dans cet entretien, Arthur vient définir et éclaircir la notion de résilience, et démêler le vrai du faux. En effet, le sujet commence à peine à intéresser depuis 1-2 ans qu’il est galvaudé, récupéré, déformé, et vidé de sa substance. Ce qui a le don d’agacer les milieux académiques et les experts qui travaillent sur ce domaine depuis un certain temps. Arthur explique également en quoi l’approche systémique diffère de la gestion de crise et de l’approche risque « classique », notamment au regard de la descente énergétique et matérielle qui nous attend. Il suggère également en quoi la résilience diffère de « l’écologie ». Passionnant ! Nous diffuserons bientôt un second entretien durant lequel Arthur poursuivra sur d’autres concepts tournant autour de la résilience, avant d’embrayer sur quelques propositions d’action !

Liens pour aller plus loin  :
Conférence d’Arthur Keller à CentraleSupélec – Les Grands Enjeux de Notre Temps : Des Défis Systémiques : 
https://www.youtube.com/watch?v=OrDASn1Igv8   
 
Former les élus à la prévention des risques – A. Keller, A. Boisson, L. Aillet, S. Linou  
https://www.youtube.com/watch?v=jLGnGkMoFOs&t=6s 
 
L’audition d’Arthur Keller à l’Assemblée Nationale :  
https://videos.assemblee-nationale.fr/video.11094908_60f92e5125b4d.resilience-nationale–table-ronde-reunissant-enseignant-chercheur-et-professeur-22-juillet-2021 
 
 Descente énergétique et matérielle : 
 https://www.youtube.com/watch?v=kLzNPEjHHb8
 
Les grands enjeux de notre temps : des défis systémiques :   
https://www.youtube.com/watch?v=GRSZBntNM10&t=9502s
 
#plansb #arthurkeller #cyrusfarhangi #resilience #changementclimatique #collapsologie #effondrement #risquessystemiques #systemique #risques

Entretien avec Stephane AUDRAND, historien de formation, consultant auprès du secteur financier en maitrise des risques (contrôle des armes, droits de l’homme), et réserviste à la Marine Nationale. Nous rebondissons avec Stéphane sur son article récemment publié sur la violence à travers les âges :  

https://www.plansb.info/2021/10/20/un-monde-de-plus-en-moins-violent-la-violence-dans-les-societes-humaines-de-la-prehistoire-au-xxie-siecle/ 

Une plongée dans l’histoire de la violence à travers le Paléolithique, le néolithique, l’Antiquité, le Moyen-Âge, les temps modernes, et le 20e siècle, avant d’ouvrir des perspectives sur le 21e siècle, avec une approche historique (donc prudente) de la question des « guerres climatiques ».  L’article et cet entretien comme d’habitude très fouillés et sourcés de Stéphane abordent les points suivants : 

* Malgré le catastrophisme médiatique, se faire tuer en 2021, c’est plutôt rare 

* Tuer : une affaire d’hommes 

* Tuer, à la guerre comme à la paix 

* Tuer, avec quoi ? 

* L’Amérique du Sud – épicentre de la violence armée 

* L’homicide en France 

* Tuer : une affaire de citadin 

* L’invention de la guerre – l’explosion néolithique 

* La (trop) longue marche (pleine d’embuches) vers la moindre violence – « guerriers et meurtriers » 

* La tourmente des guerres mondiales – la mort par l’industrie et l’industrie de la mort 

* Le « sursaut au bord de l’abime » – le monde d’après (1945) 

* Ouverture sur le 21e siècle – quels scénarios pour le siècle en cours : le climat, « juge de guerre et paix ? »  

N’hésitez pas à partager s’il vous plait ! C’est le seul moyen de nous faire connaitre.  

#plansb  #stephaneaudrand #cyrusfarhangi #violence #guerre #changementclimatique #histoire #penuries

Entretien avec Angélique Palle et Edouard Jolly, chercheurs à l’IRSEM, qui présentent quelques enseignements de leur article « L’environnement comme problème stratégique : transition énergétique et changement climatique dans les armées françaises ».
Nous abordons notamment les sujets suivants :
– Présentation dans les grandes lignes de la thématique « environnement et guerre »
– Rappel des paramètres scientifiques (tribunes de 1992 et de 2017), lecture « géopolitique » des rapports du GIEC
– Ce que signifie la question environnementale du point de vue des armées
– L’expression polémique des « guerres du climat » (ou « guerres vertes »)
– Les ressources en énergie, leur approvisionnement et plus largement la sécurité environnementale
– Penser la guerre en intégrant le contexte environnemental
 
Pour accéder à la version provisoire de l’article :
https://www.researchgate.net/publication/351748021_L’environnement_comme_probleme_strategique_Transition_energetique_et_changement_climatique_dans_les_armees_francaises_Champs_de_Mars
 
Cet article propose d’analyser la réception et l’interprétation par les forces françaises des travaux scientifiques relatifs aux dynamiques de transition énergétique et à l’hypothèse des « guerres du climat ». Ces deux éléments posent, à moyen terme, à la fois des questions d’ordre structurel et opérationnel pour les armées, tels que le changement de l’environnement opérationnel, le maintien en fonctionnement du matériel, l’approvisionnement énergétique en opération ou encore les impacts environnementaux des conflits avec leurs conséquences sur les populations civiles. Les armées se sont emparées de ces sujets récemment et des réflexions en leur sein sont en cours. Transition énergétique et changement climatique vont ainsi soumettre les forces françaises à de nouvelles pressions, qu’il s’agisse de leur emploi en situation avérée de conflit, alors catalysé par les transformations environnementales, ou de leur emploi en situation non belliqueuse, pour la protection des populations civiles en cas de catastrophe par exemple.
 
L’article pose ainsi un double problème : dans quelle mesure la transformation du « contexte environnemental » – expression à entendre comme combinaison du changement climatique global et de la complexification de l’accès aux ressources énergétiques carbonées – s’intègre pleinement à une pensée stratégique ? Dès lors que l’appréhension politique de la destruction de l’environnement à l’échelle mondiale ne parvient toujours pas à infléchir significativement les trajectoires catastrophiques établies par les sciences de la nature, ne devient-il pas nécessaire de penser l’environnement comme problème stratégique ?
 
La première partie propose un panorama des études stratégiques sur la question du contexte environnemental, pour ensuite interroger l’hypothèse d’une conflictualité armée qui serait provoquée par des causes environnementales. La notion de « catastrophe » prend tout son sens comme contexte d’intervention militaire pour protéger des populations civiles menacées. La deuxième partie de l’article présente les problématiques relatives aux énergies dans les services dédiés des armées françaises, avec une réflexion singulière sur les missions logistiques et les conditions d’engagement. La troisième et dernière partie combine les acquis des deux précédentes en schématisant les contraintes environnementales (énergies et climat) sur les trois niveaux de commandement que sont le stratégique, l’opératif et le tactique. Synthétiquement, ce travail de recherche a pour but de montrer qu’en écologie politique, l’environnement se pose avant tout comme un problème politique de défense et non pas seulement comme une question morale de défense de l’environnement.
 
#plansb #cyrusfarhangi #guerresclimatiques #doctrinemilitaire #armee #guerre
 
Avec Philippe Gauthier, blogueur Energie et Environnement et chercheur en « redirection écologique », nous abordons les points suivants : 
* Ses raisons d’espérer (avec modération) dans le développement des énergies renouvelables 
* La question des métaux, « un problème de flux et non de stocks » 
* Ses raisons d’être sceptique (avec modération) dans le développement du nucléaire 
* Son avis sur le « pic pétrolier » : un rythme de déclin qui devrait permettre l’adaptation 
* Son constat sur les technologies de capture du CO2 
* Et la sobriété et la transformation sociale dans tout ça ! « Nous allons au devant de grandes transformations, mais ce n’est pas une mauvaise chose »  
 
Quelques articles du blog Energie et Environnement de Philippe Gauthier, ici en l’occurrence pour approfondir les questions de disponibilité du charbon :  
https://energieetenvironnement.com/2018/09/23/la-faible-disponibilite-du-charbon-limitera-le-rechauffement-climatique/ 
https://energieetenvironnement.com/2020/05/17/plus-que-35-ans-de-charbon-aux-etats-unis/ 
https://energieetenvironnement.com/2018/10/10/le-pic-charbonnier-a-ete-atteint-en-2013/
 
#philippegauthier #cyrusfarhangi #transitionenergetique #changementclimatique #energie #climat #energiesolaire #energieeolienne #photovoltaique #eolien #nucleaire #petrole #picpetrolier

Interview par Cyrus Farhangi de Karim Megherbi, fondateur d’une plateforme d’origination de projets d’énergies renouvelables. Karim et Cyrus se sont rencontrés sur les réseaux sociaux, plutôt en opposition (apaisée et constructive) sur le sujet des énergies renouvelables, mais également avec des points de convergence. Quelques mois de discussions plus tard, cela donne lieu à cet échange agréable où nous faisons part de nos espoirs et des limites à la transition énergétique.

Nous parlons ici :

* du métier et du parcours de Karim, fondateur d’une plateforme d’origination de projets d’énergies renouvelables et actif dans des institutions internationales comme IRENA

* Développements actuels du marché mondial (ou des régions en particulier) PV et éolien.

* La question de la disponibilité des métaux nécessaire à la transition énergétique

* La question du Taux de Retour Energétique (TRE, EROI)

* La question de l’intermittence et du stockage

* La question de la sobriété et de la transformation sociale

Plan(s) B reçoit Anaïs Maillet (Manager du Projet Carbone chez Gaïago) et Francis Bucaille (Agriculteur, consultant en agronomie et co-fondateur de la société Gaïago). Ils nous parlent de :

* leur parcours, et comment ils en ont venus à travailler dans l’agroécologie * leur définition de l’agroécologie, et des transformations nécessaires au système

* présentation de Gaïago : approche agronomique globale, les produits pour catalyser la vie dans le sol, et les services d’accompagnement des agriculteurs dans leur transition

* les impacts observés et les retours d’expérience des agriculteurs avec lesquels ils travaillent (rendements, charges) * la question des engrais agricoles

* la microbiologie et leur vision de l’état de l’art de la recherche scientifique (symbiose entre plantes et champignons, cycles des éléments)

* la question du glyphosate

* les évolutions réglementaires souhaitables (Politique Agricole Commune de l’Europe, incitations financières nationales, label bas carbone, Mesures Agro-Environnementales et Climatiques)

* leur vision de l’adaptation de l’agriculture au changement climatique

Lien vers le livre de Francis Bucaille, « Revitaliser les sols », préfacé par le chercheur Marc-André Sélosse, Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle

https://www.decitre.fr/livres/revitaliser-les-sols-9782100809189.html

Plan(s) B reçoit Anne Trombini, Directrice à l’association Pour une Agriculture du Vivant, avec qui nous abordons les points suivants :

* Présentation d’Anne et de son parcours : un exemple de reconversion de personnes « en quête de sens »

* L’activité de l’association Pour une Agriculture Du Vivant dans l’animation de démarches partenariales de transition vers l’agriculture sur sols vivants

* Qu’est-ce que l’Agriculture de Conservation des Sols ? Quel est le parcours des agriculteurs qui mène vers l’ACS ? Comment le vivent-ils ?

* Peut-on faire à la fois de l’ACS et du bio ?

* Une « agriculture du compromis », sans dogme

* La nécessité d’accélérer la transition agro-écologique au regard de la lutte contre le dérèglement climatique : il sera de plus en plus difficile de se convertir à l’ACS à mesure que le climat se réchauffe !

* Les modèles économiques de l’ACS : maintien ou légère baisse des rendements, mais moins de charges au global (carburants, engrais, machines)

* L’enjeu de préservation et de replantation de haies

* Les réformes nécessaires (Politique Agricole Commune, Paiement pour Services Ecosystémiques, label bas carbone…)

* L’indice de régénération des sols mis en place par PADV : évaluer de manière simple mais non-simpliste la santé des sols.

* Le travail de pédagogie et d’information nécessaire auprès du grand public


Lien vers le site de Pour une Agriculture du Vivant :

Pour une Agriculture du Vivant


Profil LinkedIn d’Anne Trombini :

https://www.linkedin.com/in/anne-trombini-1073112?originalSubdomain=fr

Manuel Pouchelet revient dans Plan(s) B pour un tour d’horizon géopolitique :

1) La crise au Liban mais aussi la résilience affichée par le pays

2) Moyen-Orient : Accords d’Abraham, nouvelle donne entre Israël et le monde arabe

3) Premiers signes de la géopolitique de Biden : encore sur la ligne de Trump ?

4) Chine, Russie, et redéfinition post-Covid-19 de la notion de puissance.

5) Préparation aux guerres de haute intensité ?

https://www.lenouveleconomiste.fr/comment-l-armee-francaise-se-prepare-a-une-guerre-de-haute-intensite-85283/

6) Le potentiel de déploiement des moyens militaires de La France au service de la société civile

Partie 2 d’un échange avec Arthur Keller, Alexandre Boisson, Laurent Aillet, et Stéphane Linou sur leur action de formation des élus à la sécurité préventive, l’anticipation des risques, et la résilience. 1. Dans quels types de territoires ils sont intervenus, comment ils sont reçus, comment réagit le public ? 2. Que peuvent faire concrètement les collectivités pour gagner en résilience ? Les responsabilités du maire Gouvernance de la gestion de crise Aménagement du territoire, utilisation des sols (résilience alimentaire, préservation des écosystèmes, résilience des sols face aux événements climatiques extrêmes…) Lien social Mobilisation des citoyens : avoir « en stock » la capacité de réaction et les compétences nécessaires face aux crises Formaliser un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) et un Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Lien vers la partie 1 sur podcast : https://anchor.fm/plansb/episodes/Former-les-lus–la-prvention-des-risques-Partie-1—A–Keller–A–Boisson–L–Aillet–S–Linou-e106698 Lien vers la partie 1 sur YouTube : Lien vers la partie 2 sur YouTube : Pour en savoir plus sur les intervenants : www.alexandreboisson.fr
Accueil
https://adrastia.org/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Keller https://stephanelinou.fr/ Arthur Keller dans la série Next : TedX de Stéphane Linou : Entretien avec Alexandre Boisson : Série Collapsus de Laurent Aillet (épisode avec Frédéric Denhez et Pierre-Henri Gouyon sur la biodiversité et les sols) : Le site de l’Institut Supérieur des élus : http://www.formations-des-elus.fr/ Le rapport du Sénat sur l’Adaptation au changement climatique : https://www.senat.fr/notice-rapport/2018/r18-511-notice.html Document d’Information distribué aux Suédois sur les précautions à prendre en cas de guerre : https://www.dinsakerhet.se/siteassets/dinsakerhet.se/broschyren-om-krisen-eller-kriget-kommer/om-krisen-eller-kriget-kommer—engelska.pdf

Partie 1 d’un échange avec Arthur Keller, Alexandre Boisson, Laurent Aillet, et Stéphane Linou sur leur action de formation des élus à la sécurité préventive, l’anticipation des risques, et la résilience. 

1. Présentations des intervenants

2. En quoi consiste leur formation « Anticiper les risques majeurs » ?

Pourquoi avoir choisi de s’adresser aux collectivités locales ? Principaux risques systémiques : climat, énergie, Grande Accélération L’impératif de résilience Impréparation en termes de résilience alimentaire Visualiser les futurs possibles Amorcer une réflexion sur les stratégies aptes à assurer la sécurité des habitants de leur territoire 

Lien vers la partie 2 sur podcast : 

https://anchor.fm/plansb/episodes/Former-les-lus–la-prvention-des-risques-Partie-2—A–Keller–A–Boisson–L–Aillet–S–Linou-e1066f8

Lien vers la partie 1 sur YouTube : 

https://youtu.be/jLGnGkMoFOs  

Lien vers la partie 2 sur YouTube : 

Pour en savoir plus sur les intervenants : 

www.alexandreboisson.fr  

http://resilience-et-adaptation.fr/ 

https://adrastia.org/ 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Keller

https://stephanelinou.fr/

Arthur Keller dans la série Next : 

https://www.youtube.com/watch?v=kLzNPEjHHb8  

TedX de Stéphane Linou : 

https://youtu.be/lwDdH10umxA  

Entretien avec Alexandre Boisson : 

https://youtu.be/Julqt7RYIgw  

Série Collapsus de Laurent Aillet (épisode avec Frédéric Denhez et Pierre-Henri Gouyon sur la biodiversité et les sols) :

https://youtu.be/uMiu24AzttM  

Le site de l’Institut Supérieur des élus : http://www.formations-des-elus.fr/  

Le rapport du Sénat sur l’Adaptation au changement climatique : 

https://www.senat.fr/notice-rapport/2018/r18-511-notice.html

Document d’Information distribué aux Suédois sur les précautions à prendre en cas de guerre :

https://www.dinsakerhet.se/siteassets/dinsakerhet.se/broschyren-om-krisen-eller-kriget-kommer/om-krisen-eller-kriget-kommer—engelska.pdf

Ces propositions résultent de nos travaux, nos lectures, nos discussions avec des passionnés, et en avons extrait ce qui nous paraissait le plus pertinent et réaliste. N’hésitez pas à commenter, compléter ou critiquer. C’est une démarche participative visant modestement à nourrir le débat sur un sujet qui nous parait hélas insuffisamment abordé politiquement.

Après une introduction générale par Stéphane Audrand (qu’est-ce que la biodiversité ? dans quel état est-elle ? pourquoi la protéger ?), nous présentons les propositions suivantes (évidemment formulé comme ça brièvement, ça peut paraitre un peu bateau, mais on les détaille dans la vidéo) :

1) 19:25 – Lancer un vaste programme national « d’infrastructures vertes » et de solutions fondées sur la nature

2) 22:43 – Sanctuariser les terres agricoles et la société rurale contre la spéculation foncière, l’artificialisation, et l’érosion des sols et de la biodiversité

3) 35:35 – Faire de la transition agroécologique un objectif national cohérent « financé au national, piloté au local »

4) 40:23 – Adapter les forêts et la sylviculture au changement climatique : « plus de bois ET plus de biodiversité »

5) 46:40 – Adapter l’exploitation et la transformation du bois pour la rendre compatible avec la protection de la biodiversité

6) 49:55 – Poursuivre la lutte contre la surpêche et réguler la consommation d’espèces marines

7) 58:20 – Lancer un Programme d’Investissement d’Avenir « high tech / low tech » de diagnostic, de surveillance et de pilotage de l’état de la biodiversité

8) 1:01:08 – Accélérer le (re) développement des cultures « d’industrie » pour remplacer le pétrole dans la chimie : chanvre, lin etc.

9) 1:05:55 – Former les jeunes à la préservation du vivant, ainsi qu’à des compétences d’avenir

10) 1:06:50 – Lancer la transition hydrique des territoires (et réparer nos tuyaux)

11) 1:11:18 – Préserver la biodiversité « chez les autres »: arrêter d’importer la destruction du vivant (ou le faire payer à son juste prix)

12) 1:13:25 – Accepter que la protection de la biodiversité sera un combat long, dynamique et incertain : protéger les milieux, pas les espèces

Puis trois préalables :

1) Renégocier ou partir des traités qui rendent ces propositions impossibles à mettre en œuvre (OMC notamment)

2) Instaurer un bouclier social et écologique sur le territoire à l’import comme à l’export

3) Décarboner (vite) l’économie, sinon tout ça ne sert à rien

Avec Aurélien Delecroix, Président de Green Leaf Company et Président du Syndicat Professionnel du chanvre, nous abordons les points suivants :

* Ne pas confondre chanvre et cannabis !

* Les usages et applications du chanvre, et les possibilités pour remplacer quelque peu les produits dérivés du pétrole, le soja pour l’alimentation animale, le coton… et ainsi gagner en souveraineté économique

* Les avantages écologiques du chanvre (ex. phytoremédiation, intégration dans la rotation des cultures, culture à bas intrant sans besoin d’irrigation, captage de CO2…)

* L’histoire du chanvre : comment une filière florissante s’est effondrée au 20e siècle, et comment elle renait aujourd’hui

* Le développement de la filière chanvre en France : où on en est ? Qu’est-ce qui bloque ? Qu’est-ce qu’il faudrait faire pour accélérer ?

Article en complément :

https://www.lamontagne.fr/paris-75000/actualites/qui-veut-couper-l-herbe-sous-le-pied-des-start-up-du-cbd-et-de-la-filiere-chanvre-bien-etre_13939043/

Plan(s) B reçoit Jean-Emmanuel Gilbert, Directeur Développement de la société Aquassay, qui accompagne les industriels et les collectivités dans leur transition hydrique (efficience dans l’utilisation de l’eau, solutions de prévention des rejets…). Nous abordons les thèmes suivants :

* Enjeux de l’eau en France et dans le monde (ex. de plus en plus d’énergie nécessaire au Moyen-Orient pour avoir de l’eau)

* Le changement climatique : risques d’inondations (de plus en plus de pluie quand il pleut déjà), et de stress hydrique (de moins en moins de pluie quand on en manque déjà)

* Les rejets de polluants par les usagers (industriels, agriculteurs, ménages, collectivités) et la dégradation de la ressource en eau

* Les situations déjà tendues autour de l’eau en France (et ailleurs comme au Maroc où les acteurs adaptent leurs usages)

* Les contraintes économiques croissantes pesant sur les collectivités pour l’entretien de leurs infrastructures et la construction de nouveaux équipements (pompage, épuration…), et les limites des solutions technologiques

* Les solutions de transition hydrique des territoires pour l’efficience hydrique et la prévention des rejets : diagnostic des usages, monitoring, accompagnement des usagers


Compléments et sources citées au cours de l’entretien :

World Resources Institute sur le stress hydrique

https://www.wri.org/blog/2019/08/17-countries-home-one-quarter-world-population-face-extremely-high-water-stress

Banque mondiale sur le risque de pollution

https://www.linkedin.com/in/jean-emmanuel-gilbert-66631892/detail/recent-activity/shares/

https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/32245/211459ovFR.pdf?sequence=15&isAllowed=y

Documentaire d’Arte sur le problème de l’eau en Iran

https://youtu.be/5–al6GFkvY

Etude de l’AIE sur le besoin croissant en énergie au Moyen-Orient pour assurer l’approvisionnement en eau

https://www.iea.org/commentaries/desalinated-water-affects-the-energy-equation-in-the-middle-east

Limoges Métropole, territoire en transition hydrique

https://www.europaong.org/actions/colloques-europa/2020-les-politiques-publiques-de-leau-en-europe-entre-fragmentation-et-integration/presentation-de-projets-territoriaux/

https://www.actu-environnement.com/ae/news/communaute-urbaine-limoges-metropole-territoire-en-transition-hydrique-36703.php4

https://www.environnement-magazine.fr/eau/article/2020/12/22/131672/limoges-metropole-transition-hydrique

Stéphanie Gibaud, ancienne d’UBS « qui en savait vraiment trop » et qui a choisi de lancer l’alerte vient nous parler ici de :

* son parcours et comment elle en est venue à lancer l’alerte, et les difficultés que cela a posé dans sa vie personnelle depuis une douzaine d’années

* les dérives du monde financier en matière d’évasion fiscale, et la corruption généralisée qui la permet

* retour sur quelques grands scandales financiers des 10 dernières années

* les problèmes posés par la financiarisation de l’économie

* les tendances à la financiarisation des terres agricoles, de l’eau etc…

* comment sortir de tout cela par le haut

Pour en savoir plus, vous pouvez trouver les livres de Stéphanie ici :

La femme qui en savait vraiment trop

https://www.babelio.com/livres/Gibaud-La-traque-des-lanceurs-dalerte/968952


Et ses textes sur la plateforme panodyssey :

https://panodyssey.com/fr/creative/room/user/763 https://panodyssey.com/fr/article/economie/l-industrie-financiere-assassin-n-1-des-citoyens-8q75a5a86jwn

https://panodyssey.com/en/article/economy/l-industrie-financiere-assassin-n-1-des-citoyens-8q75a5a86jwn

https://panodyssey.com/en/article/politics/notre-ennemi-de-l-interieur-4fsvnbnkneb7

https://panodyssey.com/en/article/politics/le-dossier-ubs-la-justice-francaise-et-la-justice-americaine-c4an5p55tb9b


Stéphanie intervient aujourd’hui dans les entreprises, associations, salons professionnels, conventions, comités d’entreprise, conférences, réseaux féminins, universités, écoles, clubs de management ou auprès de dirigeants d’entreprise autour des thématiques abordées dans ses livres.

Protection & renforcement des entreprises

Bouton retour en haut de la page